Généralisons la désobéissance, étendons la Révolution Integrale. Appel À L’action

Comunicat d’Enric Duran (2/3)
pancarta-capitalismo

 

  GÉNÉRALISONS LA DÉSOBÉISSANCE, ÉTENDONS LA RÉVOLUTION INTÉGRALE.


APPEL À L’ACTION.

Communiqué d’Enric Duran (2/3)

Le déracinement dont nous souffrons en tant qu’espèce, est inhérent aux dynamiques de ce système et n’a aucun précédent connu. La colonisation de nos vies va au-delà de ce que l’on résume par “crise économique” : Cette  crise affecte tous les milieux. Elle nous fait oublier les valeurs et perdre les capacités nécessaires à la vie et à la convivialité.

Tandis que  les droits sociaux et économiques – acquis au cours de décennies de luttes – se dégradent durablement, la déshumanisation se voit favorisée par le développement de l’individualisme et de la superficialité alliés au contrôle social exercé par l’Etat au travers de la répression, de l’assistanat, de la désinformation et de l’éducation autoritaire. C’est ce qui détruit notre capacité à réfléchir, agir et aimer la vie elle-même. Ce qu’on appelle l’essence humaine1 est à l’agonie.

Pour ne pas perdre cette essence, une reconstruction consciente devient indispensable tant au niveau individuel que collectif. Ce sera le premier pas vers la renaissance de ce qui est aujourd’hui putréfié dans ce système et en notre propre personne.

La prise de conscience, qui commence à se manifester aujourd’hui, est accompagnée d’une rupture radicale avec les besoins qui nous sont imposés, matériels ou non. La simplicité volontaire fait son chemin :  la vie heureuse et le bien vivre  [dans la frugalité matérielle],  sans limites dans l’abondance de ce qui est fondamental : les sentiments. Nous apprenons donc à autogérer collectivement les ressources qui nous permettront de nous approvisionner dignement de ce dont nous avons vraiment besoin, en construisant des formes de vie qui ont pour fondement le soutien mutuel en réseaux de confiance.

Dans le même temps, nous devons rompre avec la verticalité qui sous-tend cette société, et il ne sera pas possible de le faire passivement. La violence structurelle du système de domination impose une réponse empirique et organisée depuis la base, avec des projets horizontaux d’action politique et d’émancipation idéologique. Il ne s’agit pas d’être de droite ou de gauche et encore moins, de qui est en haut ou en bas. Il s’agit de rassembler tous ceux qui aimeraient tendre de manière organisée vers un autre système, tous ceux qui mettent en valeur les biens communs et relationnels, la coopération, la réciprocité, la mutualité et la multiculturalité ; le tout en tenant compte des limites de la Terre, notre foyer commun, et en se concentrant sur le soin qu’on lui porte.

Nous appelons Révolution Intégrale l’ensemble de cette évolution vers la libération, la reconstruction du sujet collectif et des conditions de notre existence. C’est un processus autogéré de construction basé sur l’autonomie et sur l’abolition des formes de domination en vigueur : les états, le capitalisme et tout ce qui interfère négativement dans les relations humaines et dans la relation avec la nature. La Révolution Intégrale comprend une action consciente qui vise à améliorer et à retrouver les qualités et les valeurs de la vie collective . Ce processus s’accompagne dans le même temps de la construction de nouvelles formes d’organisation qui garantissent l’égalité de décision et l’équité dans la couverture des besoins vitaux.

C’est la Révolution des personnes qui vivent chaque jour comme elles le sentent, recréent pas à pas les liens de voisinage, et ne se placent ni en-dessous, ni au-dessus de qui que ce soit. C’est la Révolution de celles qui écoutent, qui rient, qui dansent;  de celles qui savent donner une seconde chance, de celles qui quand elles le doivent, font sauter leurs propres normes. C’est la Révolution de celles qui n’ont pas peur mais au contraire, ont confiance; la Révolution de celles qui aiment… Toutes ces personnes-là font déjà la Révolution Intégrale.

Cela fait déjà longtemps que de nombreux individus et collectifs sont sur ce chemin. Des générations entières sont même nées au sein de sociétés libres et autonomes, hors de portée des griffes autoritaires de tous les systèmes connus. C’est le cas des peuples indigènes qui résistent en étant conscients que leurs actes ne se répercutent pas seulement dans “l’ici et maintenant” et qu’il faut prendre soin de tout ce qui permet la vie, prendre soin du bien commun. Ils sont sans le savoir les anticapitalistes les plus radicaux qui soient et ce, sans besoin de se qualifier d’ “anti” quoi que ce soit. Celles et ceux qui vivent dans ce que l’on appelle l’Occident, peuvent eux aussi se réapproprier  la construction continuelle de l’identité collective et exercer leurs droits par le biais de l’action directe, sans attendre d’autre permission que celle du mouvement des Assemblées Locales. Tous les peuples ont une capacité égale à recouvrer leur identité, à créer du lien avec les éléments de l’environnement et à se remémorer les savoirs ancestraux qui une fois combinés avec l’intelligence collective, donnent les outils pour la Révolution Intégrale.

Nous vivons ce nouveau monde que nous construisons tout en devant tenir compte des interférences provoquées par les tentatives de coercition et d’assimilation des états mais sans pour autant centrer toute notre attention et nos intentions la-dessus. Il se peut que le plus grand acte révolutionnaire soit de faire abstraction de tous ceux-là, de laisser les maîtres sans esclaves. Mais, comme les tenants du pouvoir ne font pas abstraction de nous, il ne nous reste qu’une solution : Désobéir. On nous critique d’ailleurs souvent pour la légèreté avec laquelle nous passons outre l’autorité, qu’elle soit judiciaire, sanitaire, intellectuelle, culturelle, économique ou politique.

C’est pour cela que nous optons pour la Désobéissance Intégrale, une condition nécessaire pour continuer à construire.

Pour faciliter la compréhension de ce terme, nous introduisons le concept de « contrat social2]». Le contrat social  est un concept philosophique et politique qui sous-tend les bases du lien entre individu et société.

La Désobéissance Intégrale consiste en une rupture du contrat social qui nous lie avec l’Etat dont relève le territoire où l’on vit, et en la réalisation d’un nouveau contrat social entre l’individu et une communauté avec laquelle il se sent réellement en lien.

Dans le cadre du processus de Révolution Intégrale surgissent de nouvelles communautés de référence. Les personnes y sont accueillies et peuvent participer activement au processus de définition des droits et devoirs propres à ce nouveau contrat social qui rend possible la vie en société. Une communauté rurale autogérée, une zone autonome ou une coopérative intégrale sont trois exemples de ces nouvelles institutions avec lesquelles nous choisissons de conclure ce nouveau contrat social. Au lieu de déléguer notre souveraineté à une supposée démocratie parlementaire, nous participons directement aux décisions par le biais d’une véritable démocratie assembléaire. Passer d’un contrat implicite — que nous n’avons pas réellement signé — à un contrat explicite, est un grand avancée vers une vie en société qui soit de fait une vie en liberté. Il est possible de faire partie de plusieurs communautés à la fois en répartissant entre toutes notre participation et notre engagement. La plupart d’entre elles peuvent se compléter les unes les autres; de la plus petite et expérimentale, à la plus large et structurée, aucune n’est totalitaire- ce qui les différencie nettement des Etats en vigueur). De même, aucune ne prétend contrôler toutes les sphères que comprend l’individu. Elles se cantonnent à fournir des domaines, des thèmes auxquels chaque personne décide ou non de se lier.

Les assemblées locales, qui se veulent chaque fois plus constructives, les espaces autogérés pour couvrir les nécessités communautaires, et les coopératives intégrales qui évoluent jour après jour, sont quelques uns des éléments de la Révolution Intégrale. Ces exemples sont bien plus dignes de la souveraineté populaire  que les institutions supposément démocratiques de l’Etat puisque des personnes participent quotidiennement à la politique de ces mouvements assembléaires. Lorsque nous pratiquons la Désobéissance Intégrale, nous démontons la légitimité du système d’état capitaliste et nous apportons notre participation légitime à un nouveau système.

A partir du contexte exposé, notre stratégie à long terme n’est pas l’amélioration de la société ni depuis l’intérieur (par les voies institutionnelles ou revendicatives) , ni au travers de réformes, d’actions de lobbying, etc… La régression des droits sociaux que nous vivons depuis un quinquennat nous a prouvé que le système capitaliste est capable de démonter en une seule législature ce qui peut coûter des décennies de lutte et de mobilisations sociales.

Toutefois nous reconnaissons la valeur de la dénonciation, de la conscientisation, de la dignité et de l’émancipation sociale que signifient les processus de mobilisation qui se vivent de manière joyeuse, sérieuse et déterminée ; les victoires à court terme qui peuvent s’obtenir par cette voie ont toute leur importance.

La lutte pour la défense du droit au logement de la Plateforme des Victimes de l’Hypothèque (PAH)3est un exemple totalement d’actualité. Ce mouvement  a mobilisé des centaines de milliers de personnes le 16 février dernier pour défendre une Iniciativa Legislativa Popular4   avec 1.402.854 signatures et la «Marée Citoyenne»5 qui le 23 février — jour suivant la publication de ce communiqué — , vivra une mobilisation importante sous le slogan : «Marée Citoyenne contre les coupes budgétaires et pour une vraie démocratie».

«Personne ne doit douter qu’un petit groupe de personnes puisse changer le monde»

Peut-être l’idée vous vient-elle à l’esprit que nous qui sommes disposés à assumer ces valeurs de transformation intégrale de nos vies, sommes une minorité dans la société. Nous pourrions arriver à la conclusion qu’approximativement 1% de la Catalogne participe activement à une quelconque initiative autogestionnaire, et qu’entre 5 et 10% sont directement affiliés, même s’ils n’y participent pas personnellement ou seulement sporadiquement. Si nous avions réfléchi à cela il y a 15 ans, quand les coopératives de consommation, les centres sociaux autogérés, les SELs et autres réseaux d’échanges, les écoles libres, étaient encore minoritaires e, nous aurions sûrement statué que le nombre de participants allait être au moins 10 fois inférieur. Nous étions encore loin d’imaginer que des coopératives intégrales voient le jour, mais sans les efforts de cette petite minorité, nous serions aujourd’hui très loin du résultat que nous constatons aujourd’hui.

Si l’on continue au même rythme, en 2028, 10% de la population participera activement à ces constructions et au moins 50% en sera proche et/ou y aura participé à  au moins  une fois dans sa vie.

Mieux vaut une liberté dangereuse qu’une servitude tranquille

A présent, n’ayons plus peur de la prison, de la police, d’être en minorité ou de manquer d’argent. La seule chose qui doit nous faire peur, c’est notre peur elle-même : C’est elle est l’ultime rempart avant l’émancipation dont nous avons besoin pour reprendre le contrôle de nos vie, pour pouvoir construire la société que nous voulons. Ainsi donc, camarades, je vous demande de dépasser vos peurs.

La sécurité à court terme n’est pas une excuse pour remettre au lendemain l’engagement envers une autre société. C’est l’engagement envers nous-mêmes qui est en jeu, pour vivre de la manière dont nous voulons vivre et nous sentir bien ainsi.

Défiler dans la rue jusqu’à nous épuiser n’est pas suffisant. Nous pouvons aller plus loin. Nous pouvons désobéir à n’importe quelle autorité imposée. Nous pouvons cesser d’acheter aux multinationales et passer au commerce local et direct. Nous pouvons nous ravitailler nous-mêmes, faire des échanges. Nous pouvons utiliser des monnaies sociales. Nous pouvons transformer nos relations personnelles. Nous pouvons arrêter d’accepter les discriminations de tous ordres… Quelques soient nos chaînes, nous pouvons les briser.

L’indignation ne suffit pas, seul l’engagement révolutionnaire accompagné d’une attitude de Désobéissance Intégrale à l’égard du pouvoir légal, politique et financier, saura nous porter jusqu’à atteindre les changements que nous voulons voir dans ce monde.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Appel à l’action pour étendre la Révolution Intégrale

Avec cet appel nous proposons 3 actions. Elles visent à élargir les chemins déjà tracés :

1ère action
PAR NOUS :
, POUR LA REVOLUTION INTEGRALE :

 

Les 15, 16 et 17 mars. 1º anniversaire de la publication Rebeláos et 4º anniversaire de la publication Podemos.

Nous appelons toutes les coopératives intégrales, les projets autogérés, les noyaux d’autogestion locale, les écoréseaux, mais aussi toutes les initiatives autonomes proches des principes de l’Appel à la Révolution Intégrale, à organiser des journées décentralisées d’information et d’accueil. Le but sera de faciliter la participation de toutes les personnes qui veulent connaître les actions existantes et faire le pas de rejoindre un processus de construction autogestionnaire, loin du capitalisme.

Nous proposons une action similaire à celle qui eut lieu le 17 septembre 2009, quand plus d’une centaine de «points de rencontre» ont éclos  partout dans les rues [de Barcelone].

Nous avons aujourd’hui une opportunité que nous n’avions pas à l’époque, de faire le lien avec des réalités de construction sociale avancée

Et cette fois nous ne proposons pas de manière d’accueillir les personnes intéressées:  Nous invitons chaque mouvement à utiliser sa créativité pour adapter et donner forme à cette proposition selon sa réalité du moment.

Provisoirement, nous transmettrons les nouvelles de cette action ici : http://www.enricduran.cat/15-17M . Nous activerons bientôt une autre page spécifique pour recueillir toutes les informations (notamment une carte des appels et un calendrier commun).

2ème action
FACE A LA BANQUE :

 

Du 18 mars au 17 avril appellons à un transfert de comptes bancaires.

A fermer les comptes actions, comptes épargne et comptes courants, à les déplacer pour ouvrir de nouveaux comptes dans une banque éthique et coopérative.

C’est seulement ainsi que nous favoriserons la réactivation d’un type d’économie profitable au bien commun et bénéficiant à la majorité de la population.

Nous cesserons de financer l’économie de casino et contribuerons dans un même temps à financer des projets coopératifs, autogestionnaires  qui répondent aux besoins réels des personnes.

Nous invitons aussi à fermer tous comptes pour ceux qui peuvent se passer d’une banque conventionnelle.

Possibles options où transférer les dépôts [pour les espagnols]:

Fiare :  Projet de banque éthique coopérative à l’échelle européenne

Cela fait déjà des années qu’elle accepte les dépôts bancaires et réalise des prêts pour des projets sociaux et coopératifs.

Au dernier trimestre de cette année, elle commencera à accepter les comptes courants.

Plus d’infos : <a1>http://www.fiare.org</a1>

Coop 57: Coopérative de services financiers éthiques et solidaires, qui gère l’épargne et les prêts pour les projets d’économie sociale qui promeuvent l’occupation, développent la coopération, la solidarité, la soutenabilité sur la base de principes éthiques et solidaires.

Plus d’infos :<a1> http://www.coop57.coop</a1>

Som energia: Coopérative de production et de consommation d’énergies renouvelables

Ce n’est pas une banque, ni une entité financière, mais avec l’épargne de ses membres, elle développe la création de projets coopératifs d’énergies renouvelables.

Plus d’infos : <a1>http://www.somenergia.coop</a1>

Casx: Coopérative d’Autofinancement Social en Réseau.

C’est un projet naissant, de caractère assembléaire qui prête l’épargne de ses membres  sans interêts pour des projets autogestionnaires et affiliés à ses principes similaires à ceux de la Révolution Intégrale.

Son premier anniversaire depuis sa mise en place coincidera avec cette action.

Plus d’infos : [LIENhttp://www.casx.cat]

[Sur d’autres territoires, si on veut participer, on pourra remplacer ou élargir ces propositions par d’autres entités propres à son lieu de vie]

Le sens de cette action est évident :

Nous devons couper  court  à toute collaboration avec la banque capitaliste,  et ce de toutes les façons possibles car elle est nuit à des millions de personnes notamment du fait de ses pratiques spéculatives.

Choisir où déposer notre épargne est l’une des plus remarquables manières de définir nos valeurs et notre manière de vivre.

3ème action
FACE A L’ETAT:

 

En vue d’avril et mai : Appel à l’insoumission fiscale dans la déclaration des revenus.

Comme nous l’avons déjà promu l’an passé avec le Manuel de désobéissance économique 6. Nous vous appelons à nouveau à  initier et étendre une action d’insoumission fiscale face à l’Etat espagnol et ceux qui le contrôlent. Cette action matérialisera une preuve que nous ne payerons par leurs dettes. Tout simplement parce que nous ne reconnaissons ni cette Constitution, ni ce gouvernement, fantoche du capitalisme financier global, ni par conséquent, les Budgets de l’Etat 2013 .

En lieu et place de cela, nous soutenons l’autogestion fiscale.

Nous proposons donc que les ressources que nous ne voulons pas payer à l’Etat soient dérivées vers des projets autogestionnaires, des initiatives utiles pour couvrir les besoins de la population.

Dans le prolongement de cette campagne, nous publierons une nouvelle édition du Manuel de désobéissance économique et actualiserons la page www.derechoderebelion.net

En parallèle à cet appel, nous reconnaissons et nous déclarons solidaires d’autres initiatives qui travaillent sur ces mêmes thèmes comme la “Campagne de saisie fiscale contre la corruption”. Promue par l’Appel à la désobéissance, cette action consiste à payer ses impôts sur un compte à l’agence fiscale. Celle-ci ne pourra toucher l’argent que si elle remplit les critères de transparence institutionnelle qu’exige la campagne en question.

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Et bien au-delà des actions coordonnées qui peuvent nous aider à nous reconnaître et à faire se rassembler de nouveaux participants, il est fondamental de continuer au jour le jour ce que sommes en train de construire.

Nous nous aidons dans les difficultés en nous soutenant les uns les autres. Nous pouvons résoudre les problèmes de voisinage en autogestion et nous en sortir beaucoup mieux que ne le fait l’Etat.
Nous pouvons tous autant que nous en sommes, nous mettre en réseau pour convertir nos vies en une Désobéissance Intégrale au pouvoir et en une construction conjointe de la société que nous portons depuis l’intérieur.

C’est pourquoi, depuis plusieurs jours, un groupe de personnes de projets affiliés à la Révolution Intégrale, mettent en marche l’Appel à la Révolution Intégrale, pour construire un espace idéologique et politique international.

Vous pouvez le trouver sur http://www.integrarevolucio.net

Vive les désobéissants et désobéissantes, vive la Révolution Intégrale !

Enric Duran Giralt

22/02/2013

Ps :Je tiens à préciser que ce communiqué et cet appel à l’action ont pour seule fonction d’être le porte-voix d’une pensée et d’un processus collectifs. C’est le collectif qui les ont rendu possible et continueront à le faire.

De par les circonstances judiciaires, je dispose actuellement d’une visibilité symbolique, et je jouis à la fois d’une invisibilité physique.

Il serait désirable qu’en d’autres occasions cela revienne à une autre personne.

Je ne fais pas référence ici à la farce judiciaire qui me concerne, mais au rôle de porte voix.

 

1Concept philosophique. L’essence constitue ce qui désigne la nature d’un être. http://www.philolog.fr/essence-et-existence/

 

 

 

4 Proposition de loi émanant du peuple. Vidéo de cette initiative. Discours d’Ada Colau au congrès. 40mn http://www.youtube.com/watch?v=A8Z6xkwfXaA

 

 

 

This post is also available in: Catalan, Espagnol, Anglais

Speak Your Mind

*